Séquence 0.1. Web2.0, Web3.0, Web4.0

1. le Web 2.0, qu’il ne faut pas confondre avec l’Internet2.

Il a été médiatisé en août 2004 par Dale Dougherty (2004/2005) en prélude à deux conférences au cours des années citées ci-dessus, pendant lesquelles il était question entre autres sujets, de montrer comment le Web2 facilite les interactions entre utilisateurs, en agissant comme « points de présence » ou « portails web », centrés sur l’utilisateur plutôt que sur les sites Web traditionnels. Comme infrastructure, l’on peut noter que le web2.0 est par nature complexe et changeante mais, elle inclut toujours des logiciels de serveur pour le partage de fichiers, l’accès aux informations sur le world wide web (www), le courrier électronique, le partage d’imprimantes, le commerce électronique, le stockage en base de données, le jeu et la mise à disposition de logiciels applicatifs. il faut aussi noter que le serveur fonctionne en permanence et répond automatiquement à des requêtes provenant d’autres dispositifs.

Vue comme application internet riche (RIA), le Web2.0 a amélioré sans doute depuis les débuts du 21è siècle l’expérience des utilisateurs, au regard de son évolution avec la syndication de contenu et l’usage des protocoles standardisés comme REST, SOAP,WSDL etc.

Sur le plan économique, il a permis l’enrichissement très rapide de quelques entreprises mais, présentaient toutefois un risque énorme de « bulle2.0 » similaire à la bulle internet.

2. le Web 3.0 , étape à venir du World_Wide_Web (www)

Cette terminologie futuriste désignant « internet » est la troisième étape des transformations majeures dont le Web fait l’objet depuis son lancement.

N’étant pas clairement défini depuis 2008 à cause de nombreuses idées que se font les spécialistes de cette notion, le Web 3.0 pourrait être considéré comme « l’internet des objets » ou plus, d’en faire le « Web sémantique ». Comme le précédent, il serait dès lors pris comme un « néologisme » et un « buzzword » qui tendrait à développer un certain nombre d’outils et de services pouvant aider l’utilisateur à répondre aux questions de représentation graphique telle que la « Pyramide de Maslow » ou alors de répondre à des besoins de comptabilité.

Toutefois, sur les plans technique et technologique, la mobilité, l’universalité et l’accessibilité sont des facteurs à prendre en compte lors de l’amélioration ou de l’évolution du dispositif. C’est ainsi que les outils en progression pour cette future technologie devront prendre en considération la convergence des systèmes d’information géographique, les réseaux sociaux et la gestion des projets, les formulaires Xforms, l’intelligence artificielle (dans une moindre mesure), l’architecture cognitive, l’application composite, la représentation des connaissances, l’OpenID, l’internet des objets et l’intelligence ambiante. Il semble aussi évident sur le plan économique que si tout est mis en œuvre pour que les éléments précédents prennent corps, qu’il y ait à priori des gains à faire pour qui sera le premier à se placer sur le Web 3.0, d’autant plus qu’une évolution (Web 3D) est en cours.

3. le Web 4.0, qui semble très controversant.

Offrant la possibilité de travailler avec des outils uniquement en ligne (Nova Spivack, 2010), cet outil désignerait de WebOS et serait pris comme « Web symbiotique », utilisé en permanence et pourrait même d’après Olivier Ertzscheid précédé le Web 3.0.

Loin d’être achevé, nous pensons donc que cet outil, bien que convoité par l’un des auteurs (Erick Schonefield), ne pourra pas être opérationnel avant 2020. Ces évolutions pourraient prendre les appellations Web3.0 utilisateur /communauté créateurs(trices) de textes et le Web4.0 comme texte pensant en lieu et place de l’utilisateur (Cf Anna Skryabina, 2010). On pourra alors qualifier le Web5.0 le texte communique avec le texte et le Web6.0 le texte supprime l’utilisateur parce que inutile car tout existe.

Voila en quelques mots ce qui pourrait nous guider pour la suite du travail, les outils de présentation, que nous développons dans l’extrait qui suit.

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s